Frédéric Grosset

En 2012, Frédéric Grosset était l’un des dix finalistes des Graines d’Agriculteurs.  Ces six dernières années, ce maraîcher a développé son activité de cueillette au champ. Il a aussi investi dans des outils qui lui permettent de dégager plus de temps libre.

Frédéric, vous êtes installé depuis 2011 sur votre exploitation de maraîchage dans le Morbihan. Comment se passe votre métier aujourd’hui ?

F.G : En 2012, je souhaitais créer un lieu de découverte pour le grand public. Entre temps, mes priorités ont changé. En effet, la vente directe est une activité importante sur mon exploitation. Je vends 95 % de ma production en vente directe, dont cueillette libre et 5 % en superette. J’ai délégué un peu cette partie afin de me consacrer pleinement à la production. Pour aller dans ce sens, j’ai investi dans des outils pour limiter au maximum les produits phytosanitaires. Par exemple, je viens d’acheter un motoculteur pour nettoyer entre les cultures. J’ai également automatisé mon système d’irrigation. Ces outils limitent la quantité de travail, ce qui me libère du temps pour être avec ma famille.

J’ai également amélioré la production de fraises, en passant de variétés remontantes à non remontantes. Les variétés remontantes ont une production régulière alors que les variétés non remontantes ont une production importante sur une courte période. Ainsi, grâce à mes 20 000 fraisiers, j'arrive à satisfaire mes clients tout au long de la saison.

Comment les Graines d’Agriculteurs vous ont-elles aidé ?

F.G : Les Graines d’Agriculteurs ont été pour moi une bonne expérience mais il n’y pas eu de répercussions directes dans le développement de mon projet.

Quelle est votre plus grande fierté, votre plus grand loupé ?

F.G : Lorsque l'on achète une ferme, on s'inscrit dans un territoire. J'ai le sentiment peut-être d'avoir passé trop de temps sur l'exploitation au départ de mon installation. J'essaie aujourd'hui de prendre du recul en me disant que la famille, les amis et les loisirs sont importants aussi pour avoir un bon équilibre de vie.

Quels sont vos projets professionnels pour l’avenir ?

F.G : Mon objectif à moyen terme est d'utiliser uniquement des produits de protection de cultures biologiques. Je souhaite également améliorer certaines productions comme la framboise, et mettre en place des nouvelles comme la myrtille.

Ecrit par Claire Lamy-Grandidier

Carte d’identité 

Lire sa présentation

  • Installation : Mars 2011
  • Exploitation : Les jardins de Kerlann
  • Situation : Entre Ambon et Muzillac, Morbihan
  • Surface agricole : 10ha : 5 ha en libre cueillette dont 4 500m2 de serre et 5 ha en prairie
  • Productions : Fraises, tomates, poivrons, aubergines, concombres, haricots à rame, pommes, poires, prunes, céleri…