DAMIEN DEVIENNE

, , , ,

Repères

Gaec deux associés sur 115 ha.
Commercialisation : 95 % en vente directe et 5 % en négoce.
En cours de conversion à l’agriculture biologique depuis le 15 mai 2012.
Fabrique d’aliment à la ferme : 50 tonnes par an pour les bovins. Chiffre d’affaires de 160 000 €.
Points forts : dynamique et novateur.

DES BLONDES D’AQUITAINE EN PLAINE PICARDE

En conversion vers l’agriculture biologique, Damien Devienne et son frère se sont lancés dans l’aventure de l’élevage bovin suite à la reprise de la ferme familiale et l’achat de 100 bêtes. Située en Picardie, dans ce bassin proche de Paris, la Ferme de la Verte Vallée vend 95 % de sa production directement au consommateur.

 

ISABELLE PROVIN

, , , ,

Repères

Deux associés et une salariée à mi-temps (poulailler)
Élevage de 50 vaches allaitantes de race parthenaise, vente de broutards pour l’engraissement et la reproduction

EN CHANTANT LA PARTHENAISE

Dynamisme, technicité et passion ! Isabelle Provin a appuyé le développement de son entreprise sur une race locale typique : la parthenaise, qui fait une viande de qualité bouchère épatante. Juge de concours, développant la génétique et visant l’excellence, cette entrepreneuse présente d’ores et déjà de bons résultats financiers.

 

BÉRÉNICE WALTON

, , , ,

Repères

Installée en avril 2011
Production de bœufs gras, vente directe
140 têtes de bazadaises dont 40 mères
140 ha de surface en herbe dont 10 ha de triticale et avoine auto-consommées
Chiffre d'affaires de 95 046 € dont 38 788 € de résultat net
www.lafermedeberenice.com

Des bazadaises élevées en zone inondable

Avec une méthode d’engraissement à l’ancienne, Bérénice Walton préserve une race locale de l’Aquitaine : la bazadaise. Située à proximité de Bordeaux, elle a choisi le contact direct avec le consommateur pour vendre sa viande, mais travaille aussi avec M. Lebourdonnec à Paris, un boucher ambassadeur qui vend aux grands restaurants. Son souhait ? « Garder la qualité de viande que nous avons en France ».

 

KÉVIN RAYMOND

, , , ,

Repères

Élevage de 65 vaches charolaises, vente des broutards, engraissement des vaches de réforme

UNE ÉTABLE QUI PRODUIT DE L’ÉNERGIE

Kévin Raymond a repris l’exploitation de son père. Autonome en fourrage, il travaille dans une filière organisée pour vendre ses jeunes animaux à l’export et ses vaches de réforme dans la Filière Qualité Carrefour. Ses projets ? Construire deux bâtiments équipés de panneaux photovoltaïques !

 

ANTOINE VILLEPONTOUX

, , , ,

Repères

Cheptel de 250 limousines
Production principale : bœufs gras
Pâturage extensif
196 ha de surface en herbe
90% de vente en direct aux particuliers
Découpe de viande à la ferme
www.domaine-des-faures.fr

Un éleveur qui se décarcasse

Antoine Villepontoux a plusieurs cordes à son arc. Il souhaite non seulement produire une viande de qualité en agriculture biologique, mais aussi avoir son propre laboratoire de découpe à la ferme, et vendre directement au consommateur. Un choix d’autonomie et de traçabilité.

 

VINCENT VACLE

, , , ,

Repères

Éleveur de charolais, troupeau de 204 têtes dont 73 mères. Élevage de poulets de bresse AOC.
180 ha dont 90 ha en prairies, 35 ha en blé, 33 ha en colza, 10 ha en soja, 7 ha en maïs, et 5 ha en orge. Tous les bovins sont revendus à la coopérative.
Autonomie fourragère et alimentaire.

Inspiration australienne en terre de breSse

Posé et réfléchi, Vincent Vacle s’est inspiré de son expérience australienne pour mettre en place son projet. Installé avec son père, il produit de la volaille et de la viande charolaise. En grande autonomie fourragère, il réfléchit au développement d’un projet de méthanisation.

 

KARELLE PAUTET

, , , ,

Repères

Élevage de charolais, 130 vaches. Parcellaire groupé de 180 ha, 165 ha en prairies, 15 ha de cultures pour nourrir le troupeau. Commercialisation pour la viande répartie à parts égales entre la coopérative et un marchand de bestiaux. Vente de reproducteurs (environ 15/an) à d’autres éleveurs.Chiffre d’affaires de 70000 euros dont 36000 euros de résultat net.

UNE ÉLEVEUSE ENGAGÉE

Dynamique, avec des responsabilités professionnelles, Karelle Pautet est passionnée par son métier. Son ouverture d’esprit l’aide à maintenir un projet d’installation cohérent. Dotée d’une caméra de surveillance via Internet, elle veille, même de loin, sur son troupeau.

 

DAMIEN AVIGNON

, , , ,

Repères

Élevage naisseur-engraisseur de 180 têtes dont 70 vaches mères charolaises
80 ha en location dont 64 ha de prairies, 12 ha de maïs, 4 ha de blé

IL N’EST PAS NÉ ÉLEVEUR, IL L’EST DEVENU

Réaliste et pragmatique, Damien Avignon s’est installé suite à une formation spécifique à la viande. Son dossier est durable, viable, et cohérent, grâce, notamment, à une bonne maîtrise technique. « Écouter les conseils des autres » : un facteur-clé de réussite d’après lui.

 

PIERRE-ALEXANDRE BEC

, , , ,

Repères

Production de veaux sous la mère label Rouge Blason prestige
100 vaches mères : race limousine et 15 « tantes » montbéliardes

PARCE QU’IL LE « VEAU » BIEN !

28 ans, installé avec sa compagne, Pierre-Alexandre Bec élève des veaux de lait en zone de montagne. Très technique, son ancien travail d’inséminateur aide grandement à la maîtrise de sa profession. Il valorise sa production grâce au label Rouge Blason prestige. En trois mots ? « Travail, rigueur, passion », d’après cet éleveur dont le rêve est de devenir propriétaire

 

BENOÎT MOREL

, , , ,

Repères

Un jeune qui n’est pas sans gènes

Basé non loin des montagnes, Benoît Morel pratique la transhumance. Du haut de ses 20 ans, cet éleveur peaufine la technicité de son métier avec des vêlages par monitoring, des inséminations artificielles, etc. Il souhaite valoriser le circuit court en faisant venir des bouchers directement sur l’exploitation. Très organisé et courageux, son dossier présente une bonne rentabilité.